Cooperation Suisse

Emission Ubuntu burihabwa du 23/06/2020 sur le COVID 19

Share

URWARUKA, IGITI CIZA CAMA IVYAMWA VYIZA!

Si agaseseshwarumuri aho babiri canke batatu bashize inguvu hamwe ngo barangure igikorwa ciza, ico gikorwa kiraheza kikavamwo ivyiza.

Share

NI IVY’UKURI, URWARUKA TWIPFUZA TWESE KUBANA MU MAHORO N’UBUNTU  !

  1. Ikigo Ubuntu kirajwe ishinga n’iki ?

Share

Rwaruka, twubakire kazoza kacu ku Mahoro n’Ubuntu

Kiremwa-muntu yamye na ntaryo yisanzura neza iyo ari mu kibano cubahiriza bose, umuto, umukuru, yaba ari mu bwo-ko ubu canke buriya, mu ntara iyi canke iriya ku buryo abagize ico kibano babana nk’abavandimwe. Iryo ni ryo hangiro nge-nderwako Ikigo Ubuntu cipfuza gushikako.

Share

Mobilisation de la population autour des activités socioculturelles

Du 02 au 18 octobre 20119, le Centre Ubuntu appuyé par la Coopération Suisse dans le Projet « Education à la culture de la paix axée sur les valeurs d’ubuntu pour la consolidation du tissu social » a mobilisé les leaders communautaires, les parents, et les autorités locales autour des activ

Share

Formations des jeunes leaders communautaires

Du 03 au 18 septembre 2019, 540 jeunes de nos communautés (Gatara, Matongo, Mubanga, Buganda, Mabayi, Mugara, Giheta, Itaba et Mutaho) ont suivi des formations sur les valeurs d’Ubuntu, la gestion des trau

Share

Nous étions des ennemis de la cohésion sociale

DUWAYO Jovith : Ruhororo 
Certains jeunes garçons du site et moi avions une mauvaise habitude de maltraiter un garçon de la colline qui venait draguer une fille du site afin qu’il puisse l’abandonner. Donc nous étions des ennemis de la cohésion sociale.
Mais maintenant avec les enseignements du Centre Ubuntu à travers l’animation psychosociale et les enseignements sur les valeurs d’ubuntu, nous avons réalisé que c’est une stupidité et nous avons abandonné un tel genre de comportement.

Share

J’ai été libérée des sentiments de peur et de suspicions

BITANGIMANA Chantal : Ruhororo
Avant l’arrivée du Centre Ubuntu, je ne pouvais pas entrer dans le site de Mubanga, même lorsqu’il pleuvait, il m’était impossible de m’y abriter. Les gens du site me considéraient comme leur ennemie, et j’avais peur d’eux. Mais avec les animations psychosociales et les formations que j’ai reçues avec certains jeunes du site, j’ai été libérée des sentiments de peur et de suspicions. Aujourd’hui je visite le site sans aucune appréhension.

Share

Pages

Back to Top